AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Final Fantaisy et le Romantisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pavel.54
L'un des Protecteurs d'Alexandrie


Masculin
Nombre de messages : 407
Age : 26
Localisation : Asteroide B.612
Date d'inscription : 30/11/2010

MessageSujet: Final Fantaisy et le Romantisme   Mar 28 Juin 2011 - 14:37

Bonjour, Bonsoir...


Voilà, je creer ce topic pour savoir si comme moi, vous aimez Final Fantaisy pour son romantisme et son coter onirique...
Je m'explique : Je ne parle pas du romantisme à l'eau de rose comme on le voit aujourd'hui, mais plus, du romantisme originel. Une explication s'impose peut etre ici aussi :

Le romantisme est défini pour beaucoup, par la préface de Cromwell, écrite par Hugo, qui caracterise ce genre par le melange subtile de la comédie et du dramatique. Selon l'auteur, le romantisme à sut fusionner les deux genres que sont l'absurde et le sublime. Une sorte de melancholie dramatique. L'origine meme du romantisme remonte à des auteurs allemands comme Goethe et autre.

Voilà partant de cette petite declaration pedante de ma part, je vais maintenant la comparer à FF.

Ce RPG, et ce depuis le premier opus, nous a clairement montrer la difference : Une ambiance assez sombre, dans un monde pourtant joli en general, dominer par le mal mais où le comique reste de mise. Jusqu'ici beaucoup de RPG ressemble à ca. Pourtant, FF nous laisse toujours un je ne sais quoi sur le coeur, une sensation étrange comme lorsqu'on tourne la derniere page d'un bon roman...
Le melange du sublime, souvent interpreter par l'héroine ou bien la quete elle meme des héro, et du comique, certain personnage comme Kweena ou situation comme Clad en à quelques une, est bien présent. L'exemple type , je trouve, est justement la soirée au Gold Saucer. La premiere partie est dans l'emssemble, plutot comique avec des choix possible comme embrasser le dragon, et laisser en plan la princesse, tandis que la ballade avec sa "prétendante" quelle qu'elle soit (sauf Barret et Yuffi mais la encore on voit jusqu'ou on peut pousser l'absurde dans le sublime), reste du sublime.

On se retrouve à rire et etre emu d'une meme scene... Je pense , que la réussite de FF passe aussi par là.
POURTANT, hélas, on se tend lentement vers autre chose. Final Fantaisy XIII nous offre plus un mixte de plusieurs situations deja vu ou stéréotyper à mourir. Une heroine froide à qui il n'arrive jamais rien de comique ( on est loin de Clad qui se deguise en fille), et d'autre protagoniste uniquement là pour leur servir de faire valoir ( Sahz pour lightning, Fang pour Snow).
On quitte meme l'univers du reve, je viens de me refaire le passage à Nautilus et rien n'est accessible... Aucun jeu, aucune petite interaction rigolote sauf un cache cache avec l'autruche jaune... Encore une fois Gold Saucer ou es tu? Meme Treno dans FF IX nous offre des petites interactions sympa.

J'en fini , par venir à une phrase qu'on m'avait dite : " FF XIII oppert un changement radical." Je suis d'accord, et ce changement ce trouve au niveau du romantisme qui avait jusqu'alors impregner la saga. On nous offre un roman interactif, et encore c'est beaucoup dire, digne d'écrivain comptemporain. Pour etre honnete, en roman interactif, je prefere la saga Metal Gear Solid et son Digital Graphique Novel.

Je ne parle pas de FF XII car je considere que l'univers d'Ivalice est trés different et à des codes qui ne sont pas tous à fait les meme...
Revenir en haut Aller en bas
Ayame



Masculin
Nombre de messages : 5505
Age : 26
Localisation : Netherworld
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mar 28 Juin 2011 - 18:26

Pas tout à fait d'accord sur le fond. Selon moi, y'a qu'un seul FF qui se rapproche du Romantisme, et c'est le IX. Peut-être le VI éventuellement, si on pousse la recherche dans le détail, mais surtout le IX.
Parce qu'au fond, pour simplifier, le Romantisme c'est une ambiance sombre dans un monde haut en couleur (extra-simplifié). Aucun FF ne se rapproche autant de cette description que le IX finalement.
FFIX restera pour moi le FF le plus morbide; c'est celui qui, malgré son design un peu enfantin, présente le plus de réflexions sur la mort. Et on se souvient tous de la fin... Pour moi, les autres FF se rapprochent plus souvent de l'Héroic Fantasy Tolkien (que je hais) ou à la science-fiction fantastique (façon Big Brother's watching you).
Revenir en haut Aller en bas
http://journalduneloutre.blogspot.fr/
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mar 28 Juin 2011 - 20:34

Alors la Ayame je vais devoir ne pas être d'accord avec toi, car certes FFIX je le concède reste un opus avec une grande réflexion. Mais cette réflexion est aussi présente dans la plupart des autre opus.

Dans FFVII c'est une réflexion écologique tout d'abord avec l'épuisement de la planète par le pompage du Mako. Ensuite la planète qui se défend d'elle même veut montrer que nos mauvais actes finiront par se retourner contre nous. Ca c'est le contexte, ensuite les personnages à la manières de FF9 offrent pour la plupart une intéressante pensée.
Cloud s'est assimilé à son ami Zack. Pour lui la réalité est trop dure. Il s'est toujours caché derrière lui et Sephiroth. C'est pourquoi il a été facilement manipulé. Mais il devra pour le bien de ses amis affronter la réalité pour avancer.
Tifa elle sait depuis le début que quelque chose clochait chez Cloud. Il savait des chose qu'il n'était pas censé savoir. Mais pour le protéger elle a gardé le silence. Le problème est le même que celui de Cloud pour protéger un ami il faut se confronter à la réalité même si cette fois ci ce n'est pas elle même.
Vincent lui pense qu'il est de son devoir d'arrêter sephiroth. Pour ne pas avoir su arrêter Hojo et Lucrécia. Malgrés son immortalité (ou presque) il se condamnait à dormir dans un cercueil ! Mais il trouve un autre moyen de se racheter. Mais finalement était--ce réellement de sa faute ?
Les autres personnages permettent aussi d’intéressante interrogation mais je vous laisse chercher par vous même. Quand au comique Pavel l'a déjà montré

Dans FFVIII la réflexion tourne essentiellement autour de Squall. Je ne parle pas de son côté sombre et solitaire qui en fait craquer plus d'un mais de sa position en tant que Leader du Seed. Je m'explique, Squall se retrouve souvent à faire des choix qui confrontent essentiellement ses sentiments personnelles et ses responsabilités en tant que leader. Responsabilité dont il n'a jamais voulu, et sentiment qu'il cache derrière une dure carapace. Sauver le monde à tout prix ou l'amour de sa vie ? Après l'intrigue veux qu'il réussissent à allier les deux. Mais on peux généraliser de la manière suivantes : "Ce qu'on doit faire surpasse-t-il ce qu'on veux faire ?"
Quand à l'aspect que comique que Pavel met en évidence je présume qu'il n'est pas présent directement en Squall mais indirectement avec les situation et les personnage qui interagissent avec lui. Quand on voit le sérieux des personnages de l'équipe c'est forcément comique. Par ailleurs Squall est lui aussi capable d'humour, "distraire son ennemie par la danse pour mieux l'abattre, cette technique à fait ses preuve."

On fini avec FFX. Ici le contexte met en jeu une véritable réflexion sur l'impacte de la religion sur la société. Il dénonce les abus de pouvoir et le fanatisme religieux. (dans FFX-2 il porte une véritable réflexion sur faut-il tout de même abandonner la foi ?) Après le problème de Yuna reste similaire à celui de Cloud, choisir entre le monde et ses amis. Le problème de Lulu et Wakka illustre les problème de la guerre (ici matérialisé par Sin). Des familles brisés, des pleures, et à travers chappu l'éternelle problème que la violence n'engendre que la violence. Ensuite Kimhari, Seymour et Rikku illustre le problème du racisme. Les Albhead sont un peuple hérétique et sont détésté pour ca alors qu'ils ont le même objectif. Les Guado sont une race qui commence à s'intégrer. Mais leur chef va engendrer la haine des Ronso sur le peuple Guado. Le chef représente-il à ca point le peuple ? Quand à Tidu et Auron eux ils sont les acteur d'une tragédie, Auron ayant subit la fatalité et Tidus combattant le destin de toute ses force, il atteint son objectif mais fini par disparaître et son voeu de rester avec Yuna est brisé c'est pour ca que je parle tragédie.
Spoiler:
 
L'aspect comique est vivement présent chez Tidus pas besoin d'en rajouter.

Donc Ayame si tu redis que les autre FF ne possèdent pas un univers assez sombre je te trucide. FFIX est juste plus explicite et le caricature par son décors enfentin Certes tu peux les comparer à une sciences fiction ou un Héroic Fantasy Tolkien mais je ne pense pas que c'est ce qui caractérise les FF comme on les aimes. Après je n'affirme pas que la dramaturgie accompagné d'une sombre réflexion soit l'élément far des FF car il suffit de regarder FFXIII et en fait je ne pense pas qu'il y ai in ingrédient spécifique qui fait qu'on aime les FF. Je pense qu'il faut un mélange de magnifique, de dramaturgie, de comique, mais un game play et une évolution travaillé et bien d'autre ingédients encore pour reproduire la magie des premiers FF. Je pense que le fiasco de FFXIII ne provient pas uniquement d'un manque de romantisme mais aussi d'un gameplay minable et surtout de magie. Je m'explique chaque final fantasy laisse place à l'imagination c'est comme ça que sephiroth devint le personnage le plus surestimé de l'histoire des jeux vidéo, que l'on à pu faire l'hipothèse que
Spoiler:
 
Enfin voilà Square Enix pour moi s'est trop focalisé sur une histoire délaissant le game play et la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Ayame



Masculin
Nombre de messages : 5505
Age : 26
Localisation : Netherworld
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mar 28 Juin 2011 - 21:25

J'ai pas dit ça. Ils sont tous assez sombres, mais le seul qui prend comme base de réflexion principale la mort, c'est le IX.
Je cite texto ce que j'ai dit:

"Aucun FF ne se rapproche autant de cette description que le IX finalement.
FFIX restera pour moi le FF le plus morbide; c'est celui qui, malgré son design un peu enfantin, présente le plus de réflexions sur la mort. Et on se souvient tous de la fin... Pour moi, les autres FF se rapprochent plus souvent de l'Héroic Fantasy Tolkien (que je hais) ou à la science-fiction fantastique (façon Big Brother's watching you)."

J'ai dit "sombre" effectivement, mais "sombre"; on est loin des débats écolos, des problèmes d'adolescent mal dans sa peau et des sportifs frustrés qui réfutent la réalité à cause d'un conflit familial.
Je parle de "sombre", je parle de la mort, entendons-le bien. Chaque FF proposera effectivement une réflexion, mais FFIX est le seul qui se rapproche de la vision romantique. Évidement, t'as romantique et romantique. Je m'explique, d'un côté t'as Hugo et Stendhal qui disent explorer les tréfonds du romantisme mais qui ne sont rien d'autres que les précurseurs du réalisme. D'un autre côté, t'as Goethe ou Chateaubriand qui eux explorent vraiment un nouveau domaine (fan de Goethe, je m'insurge si tu le compares aux deux auteurs précédemment cités).
tout ça pour dire, A LA LIMITE, je concède qu'il y a un "petit" côté romantique dans FFVIII (notamment Squall et son rapport au monde qui l'entoure) mais alors, du romantisme dans FFVII... Là, je rigole.

Après, c'est pas ta faute. C'est vrai que par flemme, j'ai pas fait d'exposé rapide sur le romantisme, j'ai tout bâclé et j'ai parlé d'univers sombre. Hélas, le romantisme, c'est pas que ça. Par flemme (encore) je vais vraiment faire court: c'est, pour un auteur, la libre expres​sion(notons que la littérature au XIXeme siècle est limité par des codes et des règles instaurés par la littérature classique). L'auteur peut enfin s'exprimer sur des sujets autrefois tabous. C'est de là que vient le côté "sombre" dont je parlais: les auteurs se prennent dans un laisser-allé tragico-dépressif (lisez les Mémoires d'Outre-Tombe, d'après-moi, c'est ce qui représente le mieux la pensée Romantique). Le "je", le "moi" qui seront développé par Freud presque un siècle plus tard prennent la place sur les personnages absurdes et grotesques qui caricaturaient autrefois les Bourgeois, la Noblesse et autres gros tas de saindoux qui offusquaient les auteurs classiques.
Le romantisme met donc l'auteur en avant (c'est là que je rigole quand on me cite Victor Hugo comme auteur romantique, qui est au romantisme ce que Charles Baudelaire est à la collection Arlequin), auteur qui se perd généralement dans ses réflexions sur la vie, la mort, la société du XIXeme siècle, le rapport au monde...
FFVII ne rentre pas dans ces réflexions. Parler d'écologie au XIXeme, c'est comme parler d'égalité des races pendant l'esclavage. C'est absurde, stupide et ça mérite la lapidation.
Le rapport pseudo-torturé Cloud/Zack n'entre pas non plus dans ce contexte. C'est du vu, revu, re-revu depuis l'Antiquité Grecque, ça n'a absolument rien d'innovant pour le nouveau romantique, en bref, c'est chiant. C'est sombre, certes. Mais c'est chiant.
Squall, en revanche, rentre déjà plus dans ce mode de pensé. Squall est souvent caricaturé comme un adolescent ayant des soucis d'identité. Y'a un peu de ça, mais y'a surtout beaucoup de remise en cause de soi-même. Il se met en avant, réfléchi sur lui même et SURTOUT, sur ceux et ce qui l'entoure. Vers la fin, il quitte un peu le côté "romantique" qui le caractérisait.
Et j'en revient donc à FFIX. La plus grosse réflexion sur la vie et la mort dans l'histoire de FF. Jusqu'à l'épisode avec Garland, le jeu était sans ennemis mégalo voulant détruire l'humanité parce que ça craint les hommes. C'était des histoires de conquêtes, de guerres, d'intérêts politico-économiques (un peu comme FFXII et II, deux des FF les plus contestés). Bon, en revanche, Kuja entre dans la mégalomanie. Pourquoi? Parce qu'il sait qu'il va mourir. N'est-ce pas humain d'être jaloux? Jaloux de ceux qui vivront alors que lui qui a passé sa vie à chercher la "Transe" la découvre avant de savoir qu'il est condamné. Ca ne vous fait pas pensé à ceux qui trouvent le bonheur qu'ils ont cherchés toute leur vie JUSTE AVANT DE MOURIR? (Goethe)
Retour sur Vivi qui lui fait des réflexions sur sa vie. C'est un peu une bombe à retardement. Il a déjà vécu neuf années alors que l'espérance de vie d'un Mage Noir est d'un an. Quand va-t-il mourir? Aujourd'hui? Demain? Dans un an? Va savoir. Comme les cancéreux. Beurk.
Steiner se fait des réflexions sur la servitude et la soumission. Après avoir rejoint le groupe, il commence à se demander si l'on peut vivre en vivant pour autrui...
Des exemples comme ça, y'en a des tonnes dans le jeu, j'ai la flemme de tout citer, ça me gave.

Après, là, on va rentrer dans le super débat "non je suis pas d'accord parce que", donc je vais m'arrêter là et voir ce que les autres en pense.

NONON, JE N'AI ABSOLUMENT PAS LA FLEMME DE CONTINUER...
Revenir en haut Aller en bas
http://journalduneloutre.blogspot.fr/
Cissnei-Chan
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 2095
Age : 28
Localisation : Ganymède
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 2:03

Personnellement non je ne vois pas les FF avec le filtre romantisme activé. Quand je les ai appréciés, je n'avais pas la culture et je ne l'ai pas non plus aujourd'hui.
On fait ses comparaisons avec les moyens du bord Surprised.

Anyway, j'ai tjs vu les FF pour leur réalité (bon tout est relatif) transposable. Bien qu'il y ait une tendance actuelle à ce qu'ils deviennent de plus en plus cliché.
Personnellement j'avais trouvé ça tellement bon d'incarner un fake schizophrène, menteur sur les bords, avec autant de faiblesse psychologiquement.
C'est ce coté identifiable que j'ai toujours privilégié et que je retrouve dans la saga MGS (dont je partage ton avis).

Si FF9 est celui que je préfère le "moins" des opus de PSX (comprendre que j'adore FF9), c'est surtout parce qu'il a été orienté sur la thématique plutôt que les personnages, enfin c'est un avis personnel. Faire un jeu implicite sur la mort, pourquoi pas, mais au fond ça ne me faisait rien de spécial.
Et donc pour le background des personnages, il est vrai qu'il amène la touche comédie dont tu parlais pour la définition du romantisme. Malheureusement j'avais trouvé qu'ils n'étaient pas super attachant :l Djidane ou Grenat frisait la banalité à bien des points, je ne supporte toujours pas Eiko (mais un peu mieux Kweena), tout en ayant refait le jeu avec une façon de le voir plus récente.
Néanmoins quelques passages m'ont interpellé. J'étais plus touché par l'histoire que Djidane racontait à Grenat à propos de son chez lui et le personnage de Freiyja.
C'est justement à ce moment là que je me suis rendu compte que ce que j'appréciais énormément chez les FF était tout ce qui touchait aux souvenirs et à la mémoire. Dans FF7 j'adore le passage de Meedle quand Tifa aide Clad. Dans FF8, quand on remet à jour l'histoire de Laguna on décrypte tellement mieux le jeu. La façon dont Square l'avait mit en scène est le vraiment le pourquoi j'aime plus les FF que les autres RPG.

Evidement ça va pas plaire à Ayame parce que ce genre de chose c'est du rechauffé Razz
Et ça sera tout pour ce soir, parce que je me sens bien HS sur le sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ayame



Masculin
Nombre de messages : 5505
Age : 26
Localisation : Netherworld
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 2:48

Bah non, au fond, on est du même avis °J°
Revenir en haut Aller en bas
http://journalduneloutre.blogspot.fr/
Pavel.54
L'un des Protecteurs d'Alexandrie


Masculin
Nombre de messages : 407
Age : 26
Localisation : Asteroide B.612
Date d'inscription : 30/11/2010

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 15:14

Je suis content que vous vous soyez pencher sur la question. C'est vraiment sympa...


AYAME :
Citation :
Pour moi, les autres FF se rapprochent plus souvent de l'Héroic Fantasy Tolkien


Je n'aime pas non plus Tolkien et pourtant je ne retrouve pas cette ambiance dans les FF. T'as des exemple?

Citation :
J'ai dit "sombre" effectivement, mais "sombre"; on est loin des débats écolos, des problèmes d'adolescent mal dans sa peau et des sportifs frustrés qui réfutent la réalité à cause d'un conflit familial.

Je pense que tout est une question de prise de point de vue. Je veux dire, j'ai jamais vu FF VII comme un jeu écolo, et, comme je l'ai deja dis, je sais rien de ce que les créateur on dis la dessus.
Je trouve FF VII romantique dans le sens que, comme tu dis par rapport à Chateaubriand dans les memoirs d'outre tombe, on tourne beaucoup autour du moi, et de la recherche de ce moi dans les souvenirs des autres et des siens. Clad, à la maniere de Chateaubriand est obligé de rentrer en introspection pour se definir, non plus comme scyzo mais bien comme lui avec son propre "moi".
Il incarne aussi cet esprit dont parle Hugo dans la préface de Cromwell, j'entend là, la comparaison que fait le poete avec deux roses s'entremelant et poussant l'une autour de l'autre. FF VII part assez de travers je trouve. Et lentement, comme une fleur qui pousse, on ri des situation comique de Clad et on pleur des catastrophe creer en parti par lui meme.

Citation :
L'auteur peut enfin s'exprimer sur des sujets autrefois tabous. C'est de là que vient le côté "sombre" dont je parlais: les auteurs se prennent dans un laisser-allé tragico-dépressif

Je suis pas du tout d'accord... Pour atteindre ce niveau il faudra attendre Baudelaire. Chateaubriand lui meme ne voyait pas son art (bien qu'il soit le precurseur du romantisme en france avec Rousseau) comme une spiral de depression ou de tragedie. Il était meme surpris que des gens le prennent en modele pour definir le "mal du siecle". Quant à Hugo, St Boeuve, et autre, c'était de trés bon vivant...
Quant à la liberté d'expression sur des sujets tabou, c'est pareil... On à pas attendu le romantisme pour ca. Bien sure, avec Hernani, par exemple, on brise le classissisme, ca veut pas dire qu'on veut aborder des sujet interdit. Dans ce sens je dirai plutot qu'avant le Romantisme, il y avait, la comédie d'un coter et le dramatique de l'autre. Tout deux bien dissossier. La comédie assez proche du peuple et le drame pour "l'élite"...
Le romantisme à descendu le drame au niveau du peuple, en melangeant des gens comme toi et moi, mais dans des situations sublime, ou, au contraire, en prenant des gens grand pour les mettre en situation cocasse. C'est le cas de Hernani ( Sheakesper avait deja commencer le travail avec Roméo et Juliette).

Or, c'est ce que fais FF, du moins au debut, et, bien sure, surtout dans les épisodes VI, VII , VIII, IX et X mais aussi le IV.

J'en viens donc a ce que disait Cissnei

Citation :
Personnellement j'avais trouvé ça tellement bon d'incarner un fake schizophrène, menteur sur les bords, avec autant de faiblesse psychologiquement.

Citation :
C'est ce coté identifiable que j'ai toujours privilégié et que je retrouve dans la saga MGS (dont je partage ton avis).

Le romantisme nous permet de nous identifier à des situation que nous pouvons connaitre mais dans un univers qui nous est innaccessible. Pour le XIX eme siecle, les histoire de coeur à la cour par exemple, et dans notre cas, des histoire tragique et comique dans un univers féerique ou du moins lointint...

FF IX est romantique mais il à un petit coter qui fait que les gens l'apprécie ou non. FF IX est une Fable Romantique, et la Fable ne plait pas forcement...
Revenir en haut Aller en bas
Death



Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 22
Localisation : In a Hell
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 20:34

Cissnei-Chan a écrit:

Si FF9 est celui que je préfère le "moins" des opus de PSX (comprendre que j'adore FF9), c'est surtout parce qu'il a été orienté sur la thématique plutôt que les personnages, enfin c'est un avis personnel. Faire un jeu implicite sur la mort, pourquoi pas, mais au fond ça ne me faisait rien de spécial.

Il a été orienté autours de Vivi et des mages Noirs qui craignent la mort donc autours de quelques personnages quand même Smile.
Pis bon après c'est peut être moi qui part en délire mais la mort est autours de tout les personnages.

Djidane: Je ne veux pas spoiler la fin donc je ne dirais rien mais vous m'avez compris Smile
Grenat: Ses parents adoptifs sont morts ainsi que ses vrais parents, elle à même vu mourrir branet devant elle.
Vivi: Lui aussi à peur de la mort, tout ses amis mage noir meurent autours de lui "Ils s'arrêtent en fait".
Steiner: Bon lui c'est un peu le sauveur de la mort. Sans lui Grenat serait déjà morte, et lui ils protègent tout le monde un peu partout.
Kweena: Ah la y'a rien à dire :hap:
Freyja: Elle a cru pendant un certains nombre d'année que son amour était mort et pis elle le revoilà et il est amnésique.
Eiko: Elle a vécu toute sa vie toute seule car toute sa famille est morte, enfin tout les invokeurs.
Tarask: Il vit pour tuer, c'est un peu le bourreau et il devient gentil après etc..

Bref voilà leur lien avec la mort. Et y'a encore Kuja, Béate et Branet qu'on pourrait associer avec tarask. Après si tu me dit que c'est pas assez axé sur les personnages, bah....
M'enfin voilà on sait qu'il est axé sur la mort et que c'est porche du romantisme donc bon :hap:
Revenir en haut Aller en bas
Ayame



Masculin
Nombre de messages : 5505
Age : 26
Localisation : Netherworld
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 20:39

Disons qu'à la différence de certains FF comme le VII, le X, le IV ect, ou les personnages avaient un vrai background, une histoire, une personnalité, dans FFIX, l'histoire tourne tout juste autour de Vivi, Djidane et Kuja, et les autres ils sont là pour meubler un peu. Ils sont là, tant mieux, ils seraient pas là, ça changerait pas grand chose (pas taper, j'adore quand même FFIX).
Revenir en haut Aller en bas
http://journalduneloutre.blogspot.fr/
Death



Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 22
Localisation : In a Hell
Date d'inscription : 27/06/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Mer 29 Juin 2011 - 21:03

Je suis d'accord, mais ils ont quand même un rôle à jouer, ne serait-ce qu'être avec Vivi. Pis bon c'est pas comme si on les ignoraient non plus ^^

Revenir en haut Aller en bas
Pavel.54
L'un des Protecteurs d'Alexandrie


Masculin
Nombre de messages : 407
Age : 26
Localisation : Asteroide B.612
Date d'inscription : 30/11/2010

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 2:52

On parle toujours du romantisme de FF ou de la mort dans FF IX ?

Sur ce sujet là je me prononcerai pas. Je trouve que chaque personnage de FF IX incarne quelque chose qui lui est propre, meme si, tous mène en fait à l'histoire de Djidane.
Quant à savoir si Bibi est reellement le héro, je suis contre à cent pour cent.


GROS GROS HS : Je viens juste de finir MGS Peace Walker sur PSP. La vrai fin, vrai de vrai... Encore une fois, dès que Kojima met la main à la patte, on se retrouve avec une petite bombe...
Revenir en haut Aller en bas
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 8:21

Eléments intéressant que vous venez de me montrer. En effet grâce à vous je comprend un peu mieux pourquoi j'aimais les FF quand j'était petit. Comme la si bien dit Cissney la rétrospection est un élément de la magie des FF sur PSX. Et je me rend compte que ce qu'à perdu les FF depuis FFX-2 (et oui depuis la) c'est des personnages ou plûtot une abondance de personnage charismatique et une histoire qui tourne autour d'eux non pas de leur avenir (je veux dire avancer dans l'histoire) mais surtout leur présent et pour mieux le comprendre leur passé est souvent très utile.
Je m'explique chaque personnage charismatique possède on peut le dire un passé tortueux qui influe sur le présent.
Spoiler:
 
Les choix et le comportement des personnages sont dictés par leur passé et tourner l'histoire autour d'eux créer la magie. Quand est un personnage est classe on le trouve sympa et on focalise son attention sur lui. Un peu comme quand on nous propose de jouer à un jeux de combats que l'on a jamais joué et qu'il faut choisir un personnage. On choisit le plus classe (pour soi). Mais quand on commence à aimer un personnage on veut toujours en savoir plus sur lui et en découvrant qui il est (en explorant son passé) on développe des affinités. Prenons par exemple Vincent Valentine. Dans FF7 personnage avec la grande classe, si on fuine un peu dans le jeu on trouve quelque bribes de son passé. Mais ceux qui ont certainement développer le plus d'afinité avec lui sont ceux qui on joué à Dirge of Cerberus qui relate plus précisément son passé. C'est le même principe qu'avec Crisis Core et Zack cette fois ci personnage presque (j'ai bien dit presque) inutile dans l'opus principale. C'est en jouant sur cette magie des personnage que Square Enix nous à fait rêver je pense. Et c'est ce qui fait défaut aux nouveaux opus de la série. Il va de soit qu'un univers, une histoire et un gameplay sont toujours nécessaire.
Voilà petit raffinement de mon premier post qui définit la magie des FF à mes yeux après avoir lu vos réponses. J'en arrive à la conclusion suivantes :

"Il ne faut pas adapter les personnage au monde qui les entours
mais créer un univers à partir de leurs histoires."
Revenir en haut Aller en bas
Sanguinius
Big connaisseur de Final Fantasy


Masculin
Nombre de messages : 129
Age : 30
Localisation : Baal
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 13:41

    Ouah, je me rend compte que je n'ai pas participer a un sujet aussi constructif que celui-ci, que l'on me brûle pour cela. Ma seule excuse sera que je vient de vivre un moment difficile sur un autre forum, mais je ne m'étalerait pas sur ma vie informatique pour en revenir a notre sujet favoris d'entre tous, Final Fantasy.

    Alors, je doit admettre que je n'ait pas votre culture littéraire ancienne, je suis plutôt XXème Siècle, influencé par la culture SF, Anticipation (comme 1984 cité plus haut) en majorité. Je vais donc essayer de me fier au maximum a votre définition de romantisme, même si je sais d'avance que je vais dévier du sujet vers quelque chose de plus léger, car j'aurais du mal a en parler.

    Concernant les anciens FF, il serait difficile de réellement les qualifier ainsi. L'on est plus dans le genre théâtral classique, plus particulièrement dans FFIV, ou l'on imagine très bien tout ses personnages en grande tenue déclamer sur une scène de théâtre lors des scènes les plus poignantes ou importante. FFXII renoue d'ailleurs avec cette tradition par le vocabulaire employé par les personnages dans le jeu (pour la majorité des cas, un anglais très soutenue) mais c'est une exigence très Ivalicienne, l'on adhère ou l'on déteste, mais pas les deux. Les passages comiques y sont généralement rare (bien que présent) et il n'est que rarement question de critique comme vous l'avez évoquer.

    Concernant FFVII en lui-même, il s'inscrit parfaitement dans deux sujets très en vogue au moment de sa sortie : l'écologie était en train d'éclore doucement au grand public et la génétique était alors un domaine pratiquement inconnu en train d'éclore, trace, ADN, etc... FFVII n'est pas le premier opus a se pencher sur les ravages de la sciences, mais il est en premier a le faire avec tant d'insistance. Il y a bien un jeu qui le faisait en même temps sur PS1...Oui oui, vous avez compris ou je voulais en venir : Metal Gear Solid et les Soldats Génome. Je le voit beaucoup plus comme une critique de l'actualité, la présence d'un parc d'attraction en est d'ailleurs la preuve, tous les efforts de Shinra pour maquiller leurs magouille, la parade de Junon et la démonstration de force, FFVII est le premier FF a être aussi proche de notre époque, l'on y trouve même des Super Armes terrifiante comme Sister Ray. Bref, il ne rentre pas totalement dans le cadre romantique que vous avez défini, malgré la réflexion poussé sur les personnages (a moins que je soit totalement a côté de la plaque)

    FFVIII ensuite, c'est plus compliqué. Au départ, FFVIII illustre encore mieux que VII le monde actuel : l'on est plongé dans un monde qui semble les pieds sur terre, très rationnel, avec des conflits politiques poussé. Le héros lui-même réfléchit de manière très carré. Puis au fur et a mesure, il évolue...Comme l'univers autour de lui, il suit le mouvement. Le jeu prend une tournure plus fantaisiste alors que le héros devient plus romantique au sens "a l'eau de rose" du terme, mais en rassemblant l'ensemble, il se rapproche également de votre vision de la chose.

    FFIX est souvent mis en avant pour son évocation de la mort, mais je le répète une nouvelle fois, la manière de traitement est trop légère pour être réellement prise au sérieux selon moi. FFIX ne peut se rapprocher du genre romantique des auteurs que vous citez, car je suis certain qu'aucun d'entre eux n'aurait voulu que leurs oeuvre deviennent accessible a des enfants de 6/12ans. Hors, FFIX l'est parfaitement. Il est une fable, une manière d'aborder un sujet de manière candide (bah oui, Bibi et les Mage Noir, ils ne meurent pas, ils "s'arrêtent" ce qui fait une différence). D'ailleurs, ce thème n'est pas évoqué si souvent que cela, de temps a autre certes, mais il n'est pas aussi omniprésent que vous l'affirmer. Lorsque les Eidolons pulvérisent les cités, l'on ne voit jamais les morts, seulement les dégâts matériel. Si l'on assiste a la mort de Branet, elle est ultra mise en scène par le titre d'une manière acceptable par un public jeune, elle a le droit a quelques dernières paroles pour sa fille, chose impensable avec avoir encaissé l'Ouroboros de Bahamut...

    FFX en est probablement plus proche pour son premier épisode. La réflexion sur les personnages et très poussé et l'on vit dans une tragédie permanente. Le coté linéaire du titre pousse probablement d'ailleurs dans ce sens, puisqu'il guide exactement le joueur ou l'on veut qu'il aille. La réflexion sur les personnages est très présente, l'univers post-apocalyptique facilite encore cela, sans compter la critique du fanatisme religieux...Les personnages importants mis dans des situations parfois absurde, mais toutefois jamais comique...Il évoque également de nombreux problème contemporain mais j'ai la flemme de développer j'avoue.

    Je saute FFXII, trop particulier, pour passer directement a XIII. XIII, c'est un thriller a la Holliwoodienne avant tout. Le but, c'est de mettre une pression constante sur le joueur, pas le temps de réfléchir, il faut avancer encore et encore, toujours droit devant, jusqu'au point de rupture, qui est représenté par le passage sur Gran Pulse. Par contre, il est celui qui met le plus en avant les personnages et les a rendu le plus humains possible, au risque de dérouter ses habitué. Il conserve son côté comique (bah oui, Sazh et ses pitreries involontaire, Vanille et l'incarnation "du bonheur quotidien" alors qu'elle est dans une merde noire) mais comme FFVII, il pose davantage des questions quotidienne. FFXIII a été un jeu créer de manière ironique, puisque les développeur voulait rendre espoir a ses joueurs, les pousser a se surpasser et atteindre "le dépassement de soit" dans une société de plus en plus défaitiste, ou le chômage progresse et la crise économique fait des ravages. Alors qu'il a exploité le système commercial, FFXIII en est une critique d'un certain point de vue : Cocoon, société capitaliste par excellence, est finalement l'ennemi a abattre, pas en tant que peuple, mais Nation. Le point d'orgue est la critique de l'information, avec la manipulation des Média jusqu'à ceux destiné au plus jeune, incarné par la parade des Eidolons. Le passage a Nautilus reste pour moi le plus fort de tout le titre, il est chargé de très nombreuses symbolique, la parade est une manière de remettre en question des fables qui peuvent paraitre évidente (poussé un peu la réflexion, la morale de la plupart des Disney, c'est que les gens moches sont méchant et jalouse les gens beaux et pur...) ainsi que les bases de la vie, apprendre a surpasser ses souffrances afin d'avancer et de se construire soit même en tant que personne. FFXIII, c'est un encouragement a faire ses propres choix, au fi de tout le reste. (bien que l'on est d'accord, c'est ironique quand on sait que les entreprises ne font des titres que pour les profits engendrés xd)
Revenir en haut Aller en bas
Cissnei-Chan
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 2095
Age : 28
Localisation : Ganymède
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 17:56

J'ai envie de HS pour FF9.
Je suis le seul à me dire que la mort est "secondaire" et que le thème est surtout la fatalité ?

Tout le jeu on se rend compte que chaque personnage possède une sorte de fardeau dont il ne peut se débarrasser, une forme d'obsession.
Grenat ne peut être aussi libre qu'elle le souhaiterait à cause de son statut de princesse.
Djidane voudrait savoir d'ou il vient. Puis après c'est le fait d'être un clone.
Bibi : Savoir qui il est et puis quand il mourra.
Freyja qui voudrait revoir Fratley et puis après elle doit faire face à son amnésie.
Garland qui ne peut accepter le destin de Terra (enfin c'est sa fonction), etc...

La mort est une des fatalités et probablement la plus importante. Le jeu donne comme message d'essayer de passer à autres choses et de profiter de la vie (je vois ça comme ça).
La façon dont Eiko accepte de perdre face à Grenat, l'acceptation de la mort... Chaque protagoniste met de coté son obsession. L'ironie du sort est vraiment l'histoire de Freiyja, là ou le jeu nous dit qu'il faut essayer de passer à autre chose, (et donc c'est le chemin que Freyja aurait du emprunter), elle retrouve son amour perdu avec de chouette intérêt en retour.

Du moins c'est vraiment la vision que j'ai eu du jeu en le refaisant y'a genre 2 mois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 18:47

=> Sanguinus

Hmm je suis un peu sceptique en ce qui concerne FF13. Il est vrai que le Japon aurait de quoi en vouloir au capitalisme imposé par la dictature Américaine suite à la seconde guerre mondial. Et profiter d'un temps de crise peut être judicieux. Cependant il faut rapeller que le capitalisme ne leur à pas trop mal réussi en tant que troisième membre de la Triade, en plus la crise économique ne date pas d'aujourd'hui pourquoi maintenant en particulier on aurai pu remonter au choc pétrolier de 1973 qui précède une crise mondiale.

Quand bien même il ne critique pas le capitalisme mais incite juste à faire ses propres choix, cela est un véritable paradoxe car la linéarité qui domine la moitié du jeu empêche justement la prise de choix. Avancer, avancer rien de très varié. On peux prendre en compte que les protagoniste se rebelle contre la société actuelle ce qui constitue un véritable choix de leur part. Mais tout d'abord ce choix a été motivé par une pression omni-présente ce qui laisse à penser qu'il n'avait peut être pas d'autre alternative (des personnages très humains soumis à une même pression réagiront similairement. Ici abandonner ou combattre) et d'autre part si ta thèse repose sur cette décision alors le jeu n'a aucune originalité car c'est un scénario vu et revu.

Le film d'animation "Alpha Oméga" 2010 met en scène deux couple de loup qui vont bafouer les traditions de leur meutes

"Le Dernier samouraï" 2002 oppose l'ancienne culture face à la modernité dominante,à la tête du Japon.

Ces deux exemples sont les premiers auxquelles j'ai pensé et ne sont certainement pas les meilleurs mais il existe bien d'autre qui illustreront ma pensé.

Peut être est-ce justement cette banalité qui à déplu au fan mais personnellement le dernier samouraï étant un de mes films préférés montre qu'avec un bon décor il est possible le banal agréable. Alors qu'est ce que square enix a manquer ?

=>Cissney

Il est vrai qui était présomptueux de notre part de réduire le thème dominant de FF9 à la mort mais pour être correcte le terme de fatalité n'est pas tout à fait parfaitement approprié. Car la fatalité désigne ce contre quoi on ne peux lutter, qui implique irrémédiablement la soumission. Or dans le cas de Grenat et de Djidane ce terme ne semble pas s'appliquer.
Spoiler:
 
Qui plus est FF9 se rapproche beaucoup des compte et la "fatalité" qui s'abbat sur les personnage peux s'assimiler aux malheurs de cendrillon qui finit par trouver le bonheur. Mais comme dit précédemment c'est un passé tortueux qui rend les personnage attachant.
Revenir en haut Aller en bas
florette
Ultime membre


Féminin
Nombre de messages : 1392
Age : 23
Localisation : la ou je peut manger Eline et Red
Date d'inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Jeu 30 Juin 2011 - 20:50

alors des ff auquels j'ai joué c'est-a-dire crisis core et le 4 ou vu le 7 en film et entendus parler (a peu près tous) le romantisme compris comme celui allemand avec augmentation au maximum des sentiments est très présent surtout avec la mort, la rancune, l'amour et le sacrifice. Tous ses sentimentsd sont presque présent dans tous les ff mais certain sont plus exacerbé comme la fatalité et la mort pour le 9 et le 7, l'amour et la mort pour la 8 avec aussi le sacrifice idem pour le 10.

Chacun de ses sentiments rend les personnages différent et les réunis donc ils sont tous uniques en étant une même entité.

Chacun de ses opus peut aussis être rapproché a des évènements réels comme le 7 l'écologie.

Donc pour moi tous ont leur part de romantisme mais certain comme le 9 et le 7 en sont plus inspiré que d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 6:37

Dit il alors qu'il n'a joué à aucun des autre FF xD Si FF7 est inspiré du romantisme alors FF8 et FF10 le sont au moins autant ^^ C'est bien sur ce forum on à plein de définition du romantisme et du coup j'ai du mal à faire la synthèse. Un film romantique ça existe (genre que je m'impreigne du style sans avoir à lire tout un bouquin) ou alors un livre de 100 pages maxi sauf si il est TRES bien (genre l'écume des jours de Boris Vian)
Revenir en haut Aller en bas
florette
Ultime membre


Féminin
Nombre de messages : 1392
Age : 23
Localisation : la ou je peut manger Eline et Red
Date d'inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 11:41

"Dit-ELLE" merci ^^ moi je prend la définition dans l'art.
Revenir en haut Aller en bas
Choco-sama



Masculin
Nombre de messages : 11416
Age : 29
Localisation : en train de diriger la mafia avec Mao-chan
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 12:41

Sanguinus: Dans FF9, oui la mages noirs disent qu'ils s’arrêtent, mais c'ets bel et bien "mourir", juste que eux ne connaissent pas bien ce détail. Oui Branet devrait être en charpie... Et pourtant, est-ce mal de "réduire la violence graphique"? On voit pourtant Clayra se fait atomiser... Doit-on forcement avoir des membres arrachés ou des jets de sang intempestifs non. Dans ff13, vu la qualité graphique, cela sera mieux utilisés, mais sur ps1, ce n'était pas encore utile (Squall s'en sort juste avec une balafre, pourtant un coup d'épée aurait due aussi le arracher le nez...)

Par contre non la mort (et oui Cissnei, la fatalité aussi,) sont bien mis en scène dans FF9. Croire que le jeu n'est que pour les enfants, c'est faux. le style graphique oui, bien qu'il a été voulu ainsi, pour faire contraste au thème abordé... Et Bibi, logique qu'il soit candide, il vient d’être créer et ne connais rien à la vie, pas même la signification du bien et du mal.
FF9 est quand même le seul FF où malgré les efforts des héros, et bien qu'eux même l'aient compris, ils finiront par mourir ( accélérer via la défaite de Garland). Leur victoire contre Darkness n'est qu'un cours répit. D'ailleurs, pour Kuja et Djidane, on sait qu'un autre génome évolué fut créé pour les éliminer (Mikoto). Donc leur destin devait être scellé (d'où encore la fatalité dont évoque Cissnei), chaque protagoniste tente de pallier à leur faiblesse, mais il ne devienne pas capa.ble de "gagner" totalement contre (chose qui dans l'humanité est tout à fait impossible)


Mais peu importe le FF (et même dans le 13), il y a toujours un lien avec divers éléments de vieux auteurs littéraires (et pas seulement parce que les japonais aime la littérature anglaise et française de l'ancien temps). Forcemene,t on trouvera souvent des liens, mais parfois, remanié par eux.

_________________
"Venez rejoindre le RP sur Final Fantasy Concours"


Revenir en haut Aller en bas
http://e-monsite.com/spbffcenter
Sanguinius
Big connaisseur de Final Fantasy


Masculin
Nombre de messages : 129
Age : 30
Localisation : Baal
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 22:13

JDsquall a écrit:
=> Sanguinus

Hmm je suis un peu sceptique en ce qui concerne FF13. Il est vrai que le Japon aurait de quoi en vouloir au capitalisme imposé par la dictature Américaine suite à la seconde guerre mondial. Et profiter d'un temps de crise peut être judicieux. Cependant il faut rapeller que le capitalisme ne leur à pas trop mal réussi en tant que troisième membre de la Triade, en plus la crise économique ne date pas d'aujourd'hui pourquoi maintenant en particulier on aurai pu remonter au choc pétrolier de 1973 qui précède une crise mondiale.

Quand bien même il ne critique pas le capitalisme mais incite juste à faire ses propres choix, cela est un véritable paradoxe car la linéarité qui domine la moitié du jeu empêche justement la prise de choix. Avancer, avancer rien de très varié. On peux prendre en compte que les protagoniste se rebelle contre la société actuelle ce qui constitue un véritable choix de leur part. Mais tout d'abord ce choix a été motivé par une pression omni-présente ce qui laisse à penser qu'il n'avait peut être pas d'autre alternative (des personnages très humains soumis à une même pression réagiront similairement. Ici abandonner ou combattre) et d'autre part si ta thèse repose sur cette décision alors le jeu n'a aucune originalité car c'est un scénario vu et revu.

Le film d'animation "Alpha Oméga" 2010 met en scène deux couple de loup qui vont bafouer les traditions de leur meutes

"Le Dernier samouraï" 2002 oppose l'ancienne culture face à la modernité dominante,à la tête du Japon.

Ces deux exemples sont les premiers auxquelles j'ai pensé et ne sont certainement pas les meilleurs mais il existe bien d'autre qui illustreront ma pensé.

    Pour répondre sur le capitalisme, comme je l'ai écrit moi-même, il s'agirait ici d'une ironie monstrueuse, car c'est ce qui fait vivre Square Enix...Ce qui a fait aussi du Japon l'une des plus grandes puissances mondiale a l'heure actuelle. Donc c'est a prendre avec des pincettes.

    Sur le choix en lui-même, je le fait en spoiler

    Spoiler:
     

    Sinon Choco, l'on est bien d'accord, "s'arrêtent" signifie bien mourir, mais admet que les deux termes ne raisonnent pas de la même façon. L'explosion de Clayra se fait dans une cité vidée de ses habitants, on est très loin des tremblements de terre et ras de marée causé par Sin ou il arrive que l'on voit la population être emportée par le monstre. Sans tomber dans l’extrême inverse, c'est a dire le déchaînement de violence gratuite, tout aussi contre-productif, il est évident que l'habillage de FFIX le rend bien plus accessible a un public plus jeune, comme les Disney, il convient de "7 a 77ans" lol.

    Par contre, je continue a penser que la scène finale de FFIX, celle après le générique de fin, n'a qu'une portée de symbole pour faire joli, et que le jeu est, comme pratiquement tous les autres, un Happy End ou l'association de toutes les forces mondiales ont triomphé du mal. S'il n'a pas été possible de vaincre l'inneluctabilité de la mort, les héros parviennent a accepter leurs sorts et vivre en harmonie avec la nature, c'est bien cela la morale, la même que celle de FFIII d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Choco-sama



Masculin
Nombre de messages : 11416
Age : 29
Localisation : en train de diriger la mafia avec Mao-chan
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 22:44

Il me semble surtout qu'ils ne savent pas qu'ils vont mourir. Après avoir gagner contre Darkness, ils sont heureux car ils pensent être sauvé. En gros, ils meurent presque dans l'inconnu. Oui la fin est un symbole, qui monte que même si on réussit en tant qu'humain à surpasser nos limites ou à pallier nos faiblesses, on n'en reste pas moins un homme et donc mortel (ce qui renvoie à l'histoire de Ramuh et aux deux fins: héros ou humain"

Clair que dans ff10, le choc des catastrophes est plus intense, mais la technologie a aussi aidé.

_________________
"Venez rejoindre le RP sur Final Fantasy Concours"


Revenir en haut Aller en bas
http://e-monsite.com/spbffcenter
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Sam 2 Juil 2011 - 23:08

Après le réalisme ne fait pas le sérieux du jeu. Personnellement la première fois que j'ai joué à ff9 (j'étais très jeune et je comprenais rien à l'histoire) je l'avais pas aimé à cause de graphisme trop enfantin. Un enfant bizarre était-je enfin bref après avoir jouer à FF8, FF9 ne m'avais vraiment pas conquis. Ce n'est que quelques années plus (je comprenais ce que je lisais) durant une forte période d'ennui que je me suis décidé à redonner une chance à FF9. Qu'elle ne fut pas ma surprise et ma joie en découvrant véritablement la magie de ce jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Pavel.54
L'un des Protecteurs d'Alexandrie


Masculin
Nombre de messages : 407
Age : 26
Localisation : Asteroide B.612
Date d'inscription : 30/11/2010

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Dim 3 Juil 2011 - 2:54

JD Squall :

L'écume des jours est extremement romantique et si tu as aimer je te conseil vivement de continuer à lire Vian. "L'automne à Pékin" en premier lieu...

Sanguinius :

Citation :
comme pratiquement tous les autres, un Happy End


A bien regarder, si on prends FF VII seul, sans les rajouts, à part Nanaki on est sure de rien... La derniere image qu'on a de l'humanité c'est la planete se faire recouvrir par la riviere de la vie et "on ne sait pas ce qu'il en adviendra". FF IX joue sur le meme plan sauf que : Deja on a jamais eut aucune extension à FF IX qui se suffit tres bien à lui meme et qui nous permet donc presque d'affirmer que le jeu est bel et bien fini, mais en plus on à pas de scene en plus pouvant nous faire imaginer le contraire...
Et en effet, je ne vois pas la mort comme le sujet principal dans FF IX. Cet episode à justement un subtil melange d'à peut pret tout, ce qui le rend enfantin, certe, mais aussi tres adultes.
Là dessus j'aimerai dire que les Japonnais utilise trés souvent le dessin (animé ou en BD) pour parler de sujet serieux, meme la mort ou la tristesse.... Ca ne rend pas le sujet moins imporatnt, et parfois meme plus deroutant. Ce qui fait le plus peur c'est ce qu'on imagine, pas ce que l'on voit...

Je ne suis pas un expert de FF VI mais il me semble bien qu'aprés le "Jugement Dernier" de Kefka on revoi pas les heros... (je me trompe sans doute)

Concernant FF XIII, tu connais mon point de vu nous avons assez debattu dessus, pourtant, tu aborde un nouveau point qui m'interresse et qui, il me semble, rejoint le sujet : FF XIII parlerai selon toi, des prises de positions que chacun doit faire ou du moins, des choix que l'on doit prendre soit meme ? C'est probable que tu es raison, mais c'est ce qui fait de FF XIII un episode pas du tout romantique... On ne parle plus, ni de poésie, ni de fatalité, ni de conte ou de fable, on se tape 30 heure de jeu, pour recevoir une lecon de moral de la part d'une gamine scabreuse, qui passe son temps à dire "Je" et qui croit qu'un sourir change le monde dans ses moindre recoint... On se retrouve avec un jeu qui, certe nous présente des personnages attachant et "réaliste" (quoi que...) mais avec lequel on découvre rien




Spoiler:
 

Tu parle du passage sur Nautilus ? Mais à part la parade on à quoi? Je trouve justement ce passage decevant alors qu'il aurait put etre le plus romantique des FF... Mais on se retrouve avec un Sazh qui , tu as raison est le personnage le plus humain, mais qui ne parvient pas à nous tirer une larme, et une Vanille qui, comme vous l'aurai compris, me pèse vraiment sur les nerf... Ou est passer la crainte de voir un personnage mourir ?!?!? Aeris, Garulf ( ???? FF V) disparaissait completement !!!! Ey quoi de plus romantique que de lutter pour changer le destin de ceux que nos héros pleure? Ici impossible de ne pas etre sur qu'il se passera strictement rien...

Spoiler:
 

Aprés quoi? Que reste il ? L'histoire d'amour entre Snow et Serha? Dès mon premier message je parlai de l'amour à l'eau de rose qui n'est typiquement PAS celui du romantisme est celui là incarne cet amour là... Et si Snow est un trés bon anti héro, il est vraiment mauvais sur le plan scenaristique.

Donc ? L'idée de faire ses propre choix ? Si j'ai bien compris l'histoire :

Spoiler:
 

Je continu à dire que FF XIII m'à laisser ce gout de pas fini dans la bouche... Le systeme de combat est révolutionnaire, on aime ou on aime pas, mais chaque FF est different du precedent... Une facon de faire progresser ses personnages tres nouvelles contrairement à ce que disent ceux qui le compare au spherier de FF X, mais en revenche, un scenario minable, qui ous offre pas enormement de perspective de débat ( si ce n'est sur sa qualité, la preuve), ni de relexion... On nous présente et on nous met en scene une gentille "morale" trés actuelle, c'est à dire : Avec de la bonne volonté, l'Humannité peut se changer et changer le monde.... C'est vrai, meme blanche neige à réussi... Non mais sans blague, si les FF on toujours parler de la société, ce n'est que depuis le X que les héros la transforme radicalement... Jusqu'alors il y avait, en effet une reflexion sur la possibilité de vaincre : La fatalité de FF IX, la destruction de sa planete et du soi dans FF VII, la solitude et la difficulté interieur dans FF VIII... Mais PAS la société...

Depuis que Square à pris Enix, on à l'impression de lire des bouquins d'auteurs comptemporain qui se voient Grand parce qu'ils parlent de detruire les normes...

J'avais parler de FF VII concernant le romantisme mais FF VIII incarne trés bien cet esprit egalement... Ayame parler de chateaubriand et des memoire d'outre tombe, et Squall ressemble justement à cet auteur, souffrant d'un mal qu'il ne peut pas expliquer et qu'il prezfere fuire plutot que de combattre...
FF IV est romantique ne serait ce que dans le trio amoureu Kain, Cecil, Rosa... ou ce qui me vient aussi, l'obligation pour Edge de tuer son propre pere et mere devenu monstre...
Revenir en haut Aller en bas
JDsquall
Ultime membre


Masculin
Nombre de messages : 1052
Age : 23
Localisation : Edge la ville silencieuse
Date d'inscription : 10/04/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Dim 3 Juil 2011 - 5:04

Pavel incroyable je suis presque parfaitement d’accord avec toi. Enfin presque.

pavel a écrit:
Ou est passer la crainte de voir un personnage mourir ?!?!?

Euh se transformer en cristal je suis pas sûre que se soit bien différent de mourir tu sais. Enfin c'est vrai qu'il y a Fang et Vanille mais quand même.

[quote="pavel]Le systeme de combat est révolutionnaire, on aime ou on aime pas, mais chaque FF est different du precedent... Une facon de faire progresser ses personnages tres nouvelles contrairement à ce que disent ceux qui le compare au spherier de FF X[/quote]

révolutionnaire je n'irai pas jusque là. Certes la mis en place de stratégie est différentes mais on a déjà une idée d'automatisme dans FF12. Sauf que dans FF12 le choix était plus varié et le comportement des personnage ne se limitait donc pas à 6 rôle. Bon c'est vrai ça prend moin de temps mais déjà que durée du jeu est très courtes quand tu passe les vidéo (stupide, oui je sais mais j'ai une amie qui l'a fait donc possible). Une évolution nouvelle, oui mais bon contrairement à ff10 on reste très limité, impossible de véritablement devenir surpuissant. Donc oui un scénario "minable" comme tu dis mais un game play qui va avec.

J'aimerai avoir votre avis sur la question de square Enix. C'est vrai que depuis la fusion avec enix on a pas eu grand chose de véritablement bon. FF10 est un très bonne opus mais à commencer à être dévelloper par square soft donc je le compte pas. Après nous avons l'ignoble FF10-2 et FFTA qui pour moi est le meilleurs opus sortis depuis lors. Mais en revanche depuis ils se sont beaucoup exportés sur d'autre styles autre que le RpG à la FF notemment Kingdom Heart qui reste un jeu génial. Alors était-ce une erreur ou juste nous qui somme trop exigent de la série ?
Revenir en haut Aller en bas
Sanguinius
Big connaisseur de Final Fantasy


Masculin
Nombre de messages : 129
Age : 30
Localisation : Baal
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Dim 3 Juil 2011 - 13:15

    Franchement, on est très peu a avoir pleuré Galuf dans FFV, surtout lorsque l'on sait que Krile récupère tous ses apprentissages. La rage de voir un personnage jouable mourir, cela reste, avant tout, il faut bien l'admettre, une question de "merde, je l'ai entraîner pendant 30 heures pour des clous !" je sais, c'est réducteur, mais tout autant que vous...

    Concernant la fin de FFVII, la question reste sujette a débat. Dans Advent Children, la partie "498ans plutard" est toujours présente. Il se pourrait qu'il s'agisse de la rencontre annuel de Nanaki avec Vincent (qui est, lui, immortel) explicité dans un autre épisode de la compilation, mais rien n'est moins sur. Donc oui, si l'on considère cette partie de la fin, FFVII n'est pas un happy end complet. Quand a FFVI par contre, les héros parviennent a s'enfuir de la tour de Kefka. Seul Shadow et Gogo restent il me semble.

    Concernant FFXIII, cela reste une question de sensibilité, je n'ai pas foncièrement cherché a le classer dans votre genre littéraire, pour la simple et unique raison que le STI que je suis est incapable de connaitre aussi bien la littérature ancienne que vous, mais je dirais juste que vous représentez très bien l'intolérance des critiques littéraire Français a l'heure actuelle. Pleurant sur un glorieux passé perdu, incapable de reconnaître la moindre valeur dans les sujets actuels. FFXIII s'inscrit clairement dans une intrigue basé sur le genre littéraire SF. Mais très souvent considéré comme une sous-culture, celui-ci ne trouve finalement son public que dans une classe populaire qui apprécie toujours ses réflexions sur les sociétés et les humains en général.

    Alors par contre Pavel, désolé, mais dire que les héros ne changent les société de leurs monde que depuis FFX, c'est juste une mauvaise blague...FFIV est en une fois de plus un exemple parfait : prenons le cast du jeu

    Cecil et Rosa : Roi et Reine de Baron
    Edge : Roi d'Elblana
    Yang : Roi de Fabul
    Edward : Roi de Damcyan
    Rydia : Prend la direction de la reconstruction du village de Myst

    Je pourrais alourdir la note en indiquant que Palom et Porom prennent la direction de Mysidia a la fin de The After, mais tu me dirait que The After étant une production Square Enix, il subit la mauvaise influence actuelle de la société. FFIV est encore plus candide que XIII sur de nombreux points de vue : en devenant roi, les héros imposent leurs visions de justices et de paix dans le monde, l'on voit même le roi des Nains ordonner a la fin du jeu de démonter les Tanks pour assurer la reconstruction du château, persuadé qu'il n'y aura plus de guerre, et tout cela grâce a qui ? Cecil !

    En revanche, l'histoire du triangle amoureux tien debout, mais ta vision romantique du titre semble a la fin de FFIV se stopper uniquement a Kain.

    Au final, ce parallèle a la littérature française me permet de conclure sur une idée précise que j'ai depuis que j'observe les critiques sur FFXIII (et déjà en partie sur FFXII, bien que j'en partageait certaine) : les fan les plus anciens de FF sont juste devenu aigris car les changements dans leurs série favorite sont devenu trop profond. Votre point de vue ne fait que transparaître les difficultés actuelle du J-RPG a assurer sa mutation afin de pouvoir survivre : il envahi les console portable, moins puissante, moins exigeante, sur des formats ou son modèle peut encore subsister, mais a l'heure de la HD, il est devenu totalement étouffé. Il n'est appelé qu'à deux alternatives : finir comme Fable (ce qui ressemble franchement a votre souhait en terme de gameplay, mais niveau scénario vous allez vous faire royalement chier...) ou comme un MMORPG, moins probable vu le bide de FFXIV...

    L'évolution elle-même vous condamne : FFXIII n'aurait pas de suite directe s'il n'avait pas été un succès commercial et provoqué des attentes quand a une suite chez les joueurs du titre. Vous représentez peut-être la majorité des points de vue sur le net, mais mettre en rapport le pourcentage de joueur de FF sur le net par rapport au total restera toujours a l'avantage du titre de Square Enix. Le passé fut glorieux, certes, mais je considère que l'avenir l'est tout autant pour peu que l'on sache réellement y percevoir ses qualités, sans enfermement dans un dogme ancien ou des genres particuliers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Final Fantaisy et le Romantisme   Aujourd'hui à 9:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Final Fantaisy et le Romantisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Final fantasy Dissidia
» [LBP2] Final Fantasy X. To Zanarkand
» Dissidia -Final Fantasy-
» Deck Comptes à Rebours Final
» Final Fantasy XIV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
·´¯`·-> Final Fantasy Mystique :: Forum Final Fantasy :: Les FF en général-
Sauter vers: